Les deux entreprises américaines ont plusieurs points communs qui expliquent, en partie, la raison de leur incroyable succès. Analyse.

1.000 milliards de dollars. C’est le niveau de valorisation boursière atteint cet été par Apple et Amazon. Soit l’équivalent du PIB de l’Indonésie, 16ème puissance économique mondiale, ou de la valorisation cumulée de Facebook et Ali Baba.

Les deux sociétés de la côte ouest des Etats-Unis sont relativement proches en terme de culture et présentent, à ce titre, plusieurs similitudes.

 Les 2 « A » des GAFA sont des entreprises jeunes qui ont réussi le tour de force de fonder de véritables empires en quelques décennies.

Une relative jeunesse

La firme de Cupertino fondée par Steve Jobs et Steve Wozniak a vu le jour en 1976. Jeff Bezos avait alors 12 ans. Il donnera naissance à Amazon près de 20 ans plus tard, à Seattle.

Les 2 « A » des GAFA sont des entreprises jeunes qui ont réussi le tour de force de fonder de véritables empires en quelques décennies. Un exploit en comparaison à d’autres réussites industrielles qui se sont construites sur plus d’un siècle comme General Electric, Nestlé ou Coca-Cola. Pour aller plus loin : Comment Apple est devenue, en 40 ans, l’entreprise la plus influente au monde

Bon in the USA…

Apple et Amazon sont toutes deux nées sur le sol américain, comme Microsoft, YouTube, Google ou Facebook. Cet élément est loin d’être anecdotique. Esprit d’innovation et de conquête, droit à l’échec, sens des affaires, argent facile… Qu’on le constate ou qu’on le déplore, le pays de l’oncle Sam offre le terreau idéal pour la création et le développement d’entreprises innovantes.

Jeff Bezos au début d’Amazon à la fin des années 90. Crédit photo : as.com

Des concepts novateurs

Lorsqu’il lance l’Apple I à la fin des années 70, Steve Jobs avait senti le formidable potentiel du marché des ordinateurs personnels. Plus tard, au début des années 2000, la firme à la pomme investira avec succès le marché des baladeurs MP3 puis des téléphones portables avec l’iPhone.

Le fondateur d’Amazon a également du flair. Celui qui allait devenir l’homme le plus riche du monde a rapidement compris la mine d’or que représentait le e-commerce. Son idée ? La mise à disposition d’un grand nombre d’articles en ligne conjuguée à des recommandations basées sur les achats d’autres internautes. Une stratégie lucrative qui a permis à Amazon de pérenniser son business model, contrairement à Ebay, Yahoo ou AOL.

Un triptyque gagnant : commerce, informatique et internet

Leurs modèles économiques ont en commun un même triptyque : faire du commerce en se basant sur un support informatique et en tirant pleinement profit d’internet.

Il est fort probable que leur business model se diversifient dans les prochaines décennies (voiture connectée, lancement de satellites…). Mais les nouvelles technologies seront certainement toujours au cœur de leurs activités.

Steve Jobs et le Macintosh dans les années 80. Crédit Photo : Norman Seeff

Deux fondateurs visionnaires

Pas de grande entreprise sans un leader-fondateur charismatique. Que serait en effet Apple sans Steve Jobs et Amazon sans Jeff Bezos ? Même s’ils n’ont pas gravi seuls les marches du succès, ils incarnent l’ADN, la vision et les valeurs de leur entreprise.

Mais avant d’être des gestionnaires, Steve Jobs et Jeff Bezos sont avant tout des visionnaires. Un talent qui ne s’apprend pas sur les bancs d’écoles de commerce, aussi prestigieuses soient-elles, et qui leur a permis d’ancrer leurs produits dans le quotidien des internautes.

Une stratégie orientée clients

Le positionnement d’Apple se base sur une politique de prix élevés pour une cible élitiste. A l’opposé, Amazon cherche à gagner des parts de marchés auprès du plus grand nombre, en proposant une grande variété de produits aux prix les plus accessibles.

Des stratégies différentes à première vue, mais qui ont en commun la qualité de l’expérience utilisateurs et du Customer Service, qui se doivent d’être irréprochables. Le but : fidéliser les clients et les inviter à consommer toujours plus de produits de la marque. Une stratégie gagnante, clé de voûte de l’extraordinaire réussite de ces deux entreprises, qui leur a permis d’atteindre cette valorisation boursière vertigineuse.

Vous n’arrivez toujours pas à visualiser ce que représente 1.000 milliards de dollars ? Imaginez-vous qu’il aurait fallu épargner 1,357 millions de dollars chaque jour depuis le naissance de Jésus-Christ jusqu’à aujourd’hui pour atteindre une telle somme. Vous avez dit vertigineux ?

Write A Comment