Economie

Les Banques seront-elles le Microsoft du 21ème siècle ?

banque strategie digitale digital

Jusqu’au début des années 2000, Microsoft était l’entreprise star du monde de la micro-informatique. Ses produits, incontournables, étaient utilisés quotidiennement par des millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le géant a perdu de sa superbe. La montée en puissance d’Apple ou encore Samsung a éloigné des projecteurs la firme de Bill Gates. Confronté à un environnement similaire, le secteur bancaire – incontournable lui aussi – pourrait-il suivre la même trajectoire ?

Autrefois poursuivi pour abus de position dominante, Microsoft est aujourd’hui obligé de se battre pour exister sur les nouveaux marchés.


Microsoft : gloire et déclin d’un géant

Fondé il y a 40 ans, Microsoft a construit sa réussite autour de deux produits universels indispensables au fonctionnement et à l’utilisation des PC : le système d’exploitation Windows, et la suite bureautique Office. Ces 2 logiciels lui auront permis de rayonner sur son secteur pendant presque 3 décennies.

Mais si Windows (toutes versions confondues) reste installé sur plus de 90% des ordinateurs fixes et portables dans le monde, la firme de Redmond accuse un profond déclin depuis près de 10 ans. Autrefois poursuivi pour abus de position dominante, Microsoft est aujourd’hui obligé de se battre pour exister sur les nouveaux marchés. Elle est ainsi distancée par Google dans les OS pour tablette et smartphones. Un seul chiffre : Windows Phone n’occupe que 3% de parts de marché. Là où le système Androïd de son concurrent Google règne en maître avec une PDM de 80%.

Apple, l’ancien ennemi juré, est même devenu la 1ère capitalisation boursière du Nasdaq, ce qui était inimaginable il y a seulement 10 ans.

Source : Boursier.com

Apple a réussi là où Microsoft a échoué. Un terrible affront pour l’ex-entreprise emblématique !
Pour aller plus loin : Pourquoi Apple est devenue, en 40 ans, l’entreprise la plus influente au monde.

Microsoft a raté successivement les virages de l’internet, des terminaux mobiles et des réseaux sociaux.


Les raisons du déclin de Microsoft


Deux facteurs permettent d’expliquer ce déclin.

Premier point, sa réussite l’a conduit à une situation de quasi-monopole, qui semble avoir annihilé toutes démarches créatives et innovantes. Microsoft a ainsi raté successivement les virages de l’internet (Internet Explorer et Edge sont dépassés par leurs concurrents, le moteur recherche Bing stagne à moins de 5% de parts de marché…), des terminaux mobiles et des réseaux sociaux.

Deuxièmement, il est probable que l’entreprise n’ait pas voulu investir ces marchés pour se concentrer sur ses produits « vache à lait », les plus générateurs de cash.

Beaucoup d’entreprises tombent dans le syndrome KODAK et sombrent à cause d’un manque crucial de vision stratégique.  Je vous invite à lire cet excellent article à ce sujet sur le blog de Jean-Luc Gambey.

Résultat : Microsoft reste aujourd’hui une très belle entreprise, hyper rentable, grâce notamment à ses produits et services pour les entreprises (serveurs, logiciels…). Mais elle n’est plus en situation de monopole.
Elle tire donc encore son épingle du jeu. Mais pour combien de temps ?

Pas assez agiles, les établissements bancaires ont des process lourds qui les empêchent d’être suffisamment réactifs.


Les similitudes entre le secteur bancaire et Microsoft

Le secteur bancaire dans son ensemble présente aujourd’hui plusieurs ressemblances avec la firme de Bill Gates au début des années 2000.

Des points forts :

  • Une situation de quasi-monopole : impossible aujourd’hui de souscrire par exemple un prêt immobilier sans passer par un établissement financier.
  • Des produits incontournables : cartes de paiements, assurances, produits d’épargne… les banques proposent toute la gamme de services financiers nécessaires au quotidien.
  • Des activités fortement génératrices de cash, malgré la baisse régulière des taux d’intérêts qui impacte fortement la rentabilité du secteur.

 

Des points faibles :

  • Peu d’innovation et de lancements de produits/services réellement disruptifs.
  • Un manque de vision concernant l’évolution des attentes et comportements des consommateurs nés avec l’apparition des nouvelles technologies.
  • Une nouvelle concurrence agressive et réactive, avec les Finctech et les banques en ligne. En seulement quelques années, ces nouveaux acteurs ont réussi à conquérir des parts de marché avec une stratégie simple : challenger les banques sur des produits non encadrés par la législation, à fort volume et à forte marge.
    Pour aller plus loin : Et si les FinTech sauvaient les Banques et la Finance ?

Au final, les établissements financiers perdent de plus en plus de terrain.
Pas assez agiles, ils ont des process lourds qui les empêchent d’être suffisamment réactifs. Ainsi, un projet initié à N verra le jour à N+3 ou N+5.
Une lenteur intenable à l’heure de l’hyperréactivité permise par le numérique.

Les banques doivent leur salut à une réglementation favorable, qui encadre la commercialisation de certains produits. Mais la donne pourrait changer rapidement. L’Autorité des marchés financiers (AMF), la Banque de France et l’ACPR viennent de lancer lundi 18 juillet 2016 le Forum Fintech, dans le but d’encadrer ces nouvelles pousses sans les étouffer.

Si Microsoft a échoué dans un environnement similaire, ce n’était pas un problème de moyen, mais un problème culturel.


Tirer les enseignements du passé

Cet environnement en pleine mutation pourrait rappeler l’arrivée d’internet pour le secteur informatique il y a près de 20 ans.

Mais si Microsoft a échoué dans un contexte similaire, ce n’était pas un problème de moyens. La firme disposait d’une trésorerie de plusieurs milliards de dollars, qui lui permettait d’investir massivement en R&D. C’était bel et bien bien un problème culturel, comme évoqué plus haut.

Les banques disposent également, dans une moindre mesure, de fonds importants pour contrer les nouveaux acteurs. Elles ont donc intérêt à tirer les leçons du passé et à regarder ces évolutions comme une opportunité, pas comme une menace.

A l’ère du digital, elles doivent profiter de la concurrence des Fintech pour revoir leur process, accepter la probable perte de certains produits « vache à lait » et développer une nouvelle offre innovante. Un challenge à la hauteur de leurs moyens financiers. Reste à opérer de profonds changements culturels si elles veulent relever ces nouveaux défis !

Afin de conserver leur rôle central dans l’économie, les banques doivent opérer leur mue. Une mue culturelle, profonde, pour ne pas devenir le Microsoft du 21ème siècle : un acteur incontournable devenu secondaire en quelques décennies. 

A elles d’écrire à présent une nouvelle page de leur longue histoire !

Cet article est extrait du livre blanc « L’évolution du Modèle Bancaire à l’ère du Digital » téléchargeable gratuitement sur ce blog.

livre-blanc-banque-ere-digital

 
Vous pourriez aussi aimer
Les banques à l’ère du #digital (3/3) : Les enjeux de demain
Les banques à l’ère du #digital (1/3) : les banques et la révolution digitale
2 commentaires
  • Août 19,2016 à 2016-08-19T13:01:35+00:000000003531201608

    Très bon parallèle entre l’industrie bancaire et l’industrie informatique. Face aux banques en ligne et aux fintechs la banque traditionnelle doit moderniser son modèle économique !

     
    • Fabrice Lamirault
      Août 23,2016 à 2016-08-23T18:46:20+00:000000002031201608

      Merci 🙂 Les établissements financiers ont effectivement un vrai challenge à relever !

       

Laissez votre Commentaire

Votre Commentaire*

Votre nom*
Votre site web