Management & Stratégie

3 citations de Napoléon sur le Management (1/2)

Leader et stratège hors pair, surnommé par Victor Hugo « l’homme prédestiné », Napoléon Bonaparte est un personnage-clé de l’Histoire de France. Admiré ou critiqué, l’Empereur était également un formidable meneur d’hommes. Analysons, à travers son exemple, trois qualités à cultiver pour être un bon manager !

« Napoléon, c’est de la quintessence de pouvoir », remarque l’académicien Jean-Marie Rouart. « Quelqu’un qui aspirerait aux plus hautes fonctions sans se pencher sur lui n’aurait rien compris ».

Napoléon Bonaparte était un extraordinaire entrepreneur ! En dix ans (1804-1814), ce fils d’avocat corse a réussi à bâtir un Empire, avec une armée de soldats prêts à se battre et se sacrifier pour lui. De quoi faire rêver bon nombre de chefs d’entreprise ! 🙂

Cet Empire, Napoléon n’a pu le construire seul. Mais, en plus de savoir bien s’entourer,  Bonaparte cultivait 3 valeurs, ou plutôt 3 qualités, qui lui valurent le surnom de premier « Chef d’État manager » (l’expression est de Jacques Jourquin).

“On ne conduit le peuple qu’en lui montrant un avenir : un chef est un marchand d’espérance.”
Napoléon Bonaparte

1) Un grand Leader

En 1813, Napoléon pouvait compter sur plus d’un million de soldats.
La « Grande Armée » réunissait des régiments français aussi bien qu’étrangers (hollandais, italiens, espagnols, polonais…). Une véritable multinationale.

Et pourtant, il réussît le tour de force de s’imposer comme un véritable leader, malgré la grande diversité de ses interlocuteurs.

La clé ? Ce meneur d’hommes savait présenter sa vision, et indiquer clairement le cap à suivre à ses troupes. Ainsi, lors de la campagne d’Italie, il dira, à seulement 28 ans : “ On ne conduit le peuple qu’en lui montrant un avenir : un chef est un marchand d’espérance.”
Résultat : ses soldats étaient prêts à le suivre partout, et à mourir au combat pour lui. Notre homme savait galvaniser ses troupes !

“L’art de gouverner consiste à ne pas laisser vieillir les hommes dans leur poste.”
Napoléon Bonaparte

2) Un bon Gestionnaire

Bonaparte était un bourreau de travail. On lui attribue l’habitude de travailler 16 heures par jour ! Il se réunissait quotidiennement avec ses différents Maréchaux et Ministres afin de gérer ses troupes et les affaires de l’Empire.

Le grand homme était zélé pour (faire) contrôler que tout était fait et bien fait, dans les temps et dans les limites du budget. On l’imagine focalisé sur ses tableaux de bord, ses indicateurs et ses plannings… Un vrai manager du 21ème siècle !

Si l’Empereur était un gestionnaire très impliqué dans les affaires de l’Etat, il était également un excellent gestionnaire… des Ressources Humaines.

L’Empereur savait très bien s’entourer et avait sa propre tactique pour dénicher les nouveaux talents.

Dans son article « le management des hommes chez l’Empereur« , Thierry Lentez décrit sa méthode :

– « l’organisation chaque semaine de conseils d’administration où chaque ministre venait à son tour plancher sur les grands et petits dossiers, accompagné de ses principaux collaborateurs. Ainsi, l’Empereur pouvait repérer ceux à qui il confierait demain de nouvelles missions.

– Deuxième voie pour identifier les talents, l’armée, que l’on pourrait assimiler ici à la recherche des talents « sur le terrain ». Elle fut un creuset dans lequel Napoléon puisa des hommes promis à un bel avenir. Il n’était pas question ici de bravoure, mais de capacité à remplir des missions complexes. »

Vos réunions de travail et vos sorties sur le terrain peuvent donc être une excellente opportunité d’identifier les talents de votre entreprise.

“ Un homme combattra plus pour ses intérêts que pour ses droits.”
Napoléon Bonaparte

3) Un excellent Coach

3ème qualité de Bonaparte, celle du coach qui vise à développer le potentiel des personnes sous son autorité.

Véritable adepte de la Promotion au Mérite, Napoléon avait mis en place un système de récompenses et de décorations pour ses meilleurs éléments.
Les soldats qui se montraient particulièrement courageux étaient récompensés par une « arme d’honneur » (une sabre, un fusil ou encore une baguette pour les tambours). Celle-ci portait gravés le nom du militaire récompensé et celui de l’action pour laquelle il recevait cette récompense.
A partir de mai 1802, Napoléon créa la Légion d’honneur. Cette décoration constituée d’une étoile à cinq branches avec le profil de l’Empereur au centre, était attribuée aux militaires qui avaient fait actes de bravoure.
Si elle est toujours d’actualité, il convient d’avouer que cette distinction a perdu de sa superbe…

Récompenser ses équipes est un avantage certain pour tout manager. Cela permet de générer fidélité, engagement et dévouement.

Ceci était vital pour motiver des soldats en bataille. Mais dans le monde ultra-concurrentiel de l’entreprise, ce point est également valable. Alors, managers, n’oubliez pas de récompenser vos meilleurs éléments pour leurs bons résultats !

L’exemple de Napoléon nous montre 3 clés essentiels pour être un bon Manager : être un leader, un bon gestionnaire et un excellent coach.
Cet article ne mentionne pas toutefois les échecs de l’Empereur, ni sa déchéance à la fin de sa vie. Nous aurions beaucoup de leçons à tirer également sur ce point. 
Mais, pour paraphraser l’historien Franck Ferrand, « ça, c’est une autre histoire » !

 
Vous pourriez aussi aimer
Management : Quel personnage de Star Wars êtes-vous ?
#Communication de crise : 3 leçons à retenir du cas Serge Aurier
1 commentaire

Laissez votre Commentaire

Votre Commentaire*

Votre nom*
Votre site web